La France promet un "soutien significatif en oxygène" à l'Inde

L’Office fédéral suisse de la Santé publique a précisé que le cas avait été détecté chez un passager qui est arrivé en Suisse après avoir transité par un aéroport européen

Covid-19 : un premier cas de variant indien découvert en Suisse, annoncent les autorités sanitaires

Dans ce pays, 2.767 personnes sont décédées du Covid-19 en 24 heures, un triste record national.

Le gouvernement britannique a annoncé ce dimanche dans un communiqué envoyer plus de 600 pièces d'équipements médicaux d'urgence vers l'Inde, où les contaminations et les décès dus à l'épidémie de coronavirus atteignent des sommets.

Un premier cas du variant indien du Covid-19 a été découvert en Suisse, a annoncé samedi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur Twitter.

Le variant indien suscite l'inquiétude: en Europe, il a déjà été détecté notamment en Grande-Bretagne et en Belgique.

Jeudi 22 avril, les autorités belges avaient annoncé la détection de 20 étudiants indiens testés positifs au variant sur leur territoire.

Selon plusieurs experts, ils auraient été victimes d'un "super contaminateur", peut-être au sein même de leur groupe, lors du trajet en bus qui les a amenés de la région parisienne en Belgique.

De nombreux pays inquiets ont fermé leurs portes à l'Inde, suspendant temporairement leurs liaisons aériennes. Dès dimanche 25 avril, Berlin va en effet classer l'Inde en zone à haut risque, a indiqué samedi 24 avril, le ministre de la Santé Jens Spahn.

A partir de dimanche, seuls les citoyens de nationalité allemande pourront voyager d'Inde vers l'Allemagne, a précisé le ministre. À la suite de discussions avec le gouvernement indien, "le premier envoi de matériel quittera le Royaume-Uni dimanche et devrait arriver à New Delhi aux premières heures mardi matin", a indiqué le communiqué.

Il a expliqué que les échantillons avaient été analysés pour voir si ce nouveau variant avait des "caractéristiques préoccupantes", comme une résistance aux vaccins. Cette décision oblige tout résident britannique et irlandais entrant dans le pays à observer une quarantaine de dix jours dans un hôtel à ses frais.

"L'UE met en commun ses ressources pour répondre rapidement à la demande d'assistance de l'Inde via le Mécanisme de protection civile de l'UE", écrit Ursula von der Leyen, qui se dit "alarmée par la situation épidémiologique [dans ce pays]".

Boris Johnson devait initialement se rendre dans le pays ce dimanche.

Le dirigeant conservateur s'entretiendra à la place avec son homologue indien Narendra Modi "plus tard ce mois-ci" au sujet de leurs "ambitieux projets pour un futur partenariat entre le Royaume-Uni et l'Inde".

Dernières nouvelles