L'Espagne renvoie 2 700 migrants au Maroc et déploie l'armée à Ceuta

La Garde civile espagnole était présente lorsque les migrants ont débarqu

La Garde civile espagnole était présente lorsque les migrants ont débarqu

D'abord estimé à 2 700, un "record ", le nombre total de ces migrants venus du Maroc est montéà 6 000 dans la journée de mardi.

Les relations diplomatiques entre Rabat et Madrid se sont tendues depuis l'accueil, fin avril, en Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali pour y être soigné, le Maroc allant jusqu'à convoquer l'ambassadeur espagnol pour lui signifier son "exaspération". Sachant que Madrid, en 2019, avait fait de même en accordant une assistance de 32 millions d'euros au Maroc, a rappelé le quotidien El Pais.

" Les Espagnols et les résidents espagnols doivent savoir que l'intégrité de l'Espagne, de ses frontières qui sont aussi des frontières extérieures de l'Union européenne, et, surtout, sa sécurité et sa tranquillité, sera défendue par le gouvernement".

François Gemenne, est l'auteur de On a tous un ami noir.

La chaîne de télévision espagnole 24 h rapportait mardi que 85 migrants avaient pénétré dans Melilla en escaladant la clôture qui fait office de frontière entre le Maroc et cette enclave espagnole.

Face à la gravité de la situation, le Premier ministre espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, est arrivé vers 15H00 GMT à Ceuta, où il a été accueilli par les huées de quelques dizaines de résidents, selon des images mises en ligne par le journal local.

Cinquante agents supplémentaires vont être déployés en plus des 200 déjà envoyés mardi tandis que 150 autres seront en veille et prêts à intervenir. Des patrouilles de la Gendarmerie et des forces auxiliaires ont été observées le long des frontières avec l'enclave Sebta pour empêcher les migrants d'y accéder. Le passage de ces migrants a été facilité par la passivité des forces de l'ordre marocaines.

Il a par ailleurs établi une série de contacts avec les Européens en cherchant leur appui face à cette crise migratoire, notamment le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, ou le président du Conseil européen, Charles Michel. C'est suite à une fuite dans la presse ibérique que l'Espagne a tenté de donner des explications qui n'ont pas convaincu le Maroc de leur sincérité.

L'Espagne a également convoqué, Karima Benyaich, l'ambassadrice du Maroc en Espagne pour protester. Cette dernière a été limpide dans ses propos en faisant porter le chapeau à l'Espagne qui réclame une relation d'amitié et de coopération de la part du Maroc et, d'un autre côté, complote avec les Algériens pour faire entrer illégalement le criminel Brahim Ghali.

"Les relations entre pays voisins et amis doivent être fondées sur +la confiance mutuelle+, qui doit être travaillée et entretenue", a-t-elle rappelé.

Dernières nouvelles