Jürgen Conings reste introuvable — Chasse à l'homme

Ludivine Dedonder une ministre de la Défense dans la tourmente

Ludivine Dedonder, ministre de la Défense

Le Premier ministre Alexander De Croo, interrogé par la chaîne de télévision flamande VTM, a jugé "inacceptable " qu'un homme fiché comme proche de l'extrême droite puisse être " actif dans la Défense et avoir accès à des armes ".

Selon les médias belges, il pourrait s'être retranché dans le parc national de la Haute Campine, un vaste espace de 12.000 hectares de forêts et de landes, où depuis mercredi quelque 400 policiers et militaires ont été déployés pour le traquer.

Afin de renforcer les 250 policiers et 150 militaires belges sur place, les pays voisins ont été sollicités pour fournir des policiers. "Les recherches se sont poursuivies toute la nuit", a simplement indiqué jeudi matin à l'AFP Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral.

La police néerlandaise a par ailleurs confirmé auprès de l'agence Belga que des unités spéciales se tiennent prêtes à intervenir aux Pays-Bas au cas où le fugitif tenterait de passer la frontière.

Jurgen Conings, instructeur dans l'armée, est soupçonné d'avoir dérobé plusieurs types d'armes à feu dans sa caserne avant de prendre la fuite. Mais Jurgen Conings est "probablement encore en possession d'un armement plus léger" et reste donc potentiellement dangereux, selon la même source.

D'après des écrits retrouvés par les enquêteurs, il semble déterminé à s'en prendre à des représentants de l'Etat belge et à des personnalités, dont le virologue Marc Van Ranst.

Jurgen Conings, un militaire de 46 ans, probablement armé et donc jugé dangereux, est activement recherché principalement dans la province néerlandophone du Limbourg (nord), non loin de la frontière avec les Pays-Bas. Devenu la bête noire des "anti-masque" et autres opposants aux restrictions de rassemblements, ce scientifique de 55 ans est également coutumier des prises de position contre le racisme et la xénophobie et va régulièrement au clash sur les réseaux sociaux avec l'extrême droite flamande. Si le dossier a été "classé sans suite par le parquet, quatre jours d'arrêt simple lui ont été notifiés", indique la ministre de la Défense belge, Ludivine Dedonder, à la RTBF.

Pour la même raison, il est également fiché par l'OCAM, l'organisme belge d'analyse de la menace terroriste, depuis trois mois, a précisé jeudi Alexander De Croo. "C'est punissable par la loi", a aussi dit le premier ministre.

Cet individu, déjà connu des services de sécurité et de renseignement, y compris militaires, "aurait dû faire l'objet d'un suivi plus strict de sa hiérarchie", a souligné Ludivine Dedonder. Mais, a regretté la ministre, "ça n'a pas suffi" pour l'empêcher d'avoir accès à des lance-roquettes et des fusils-mitrailleurs.

" Il n'y a pas de place à la Défense pour des extrémistes ou des fascistes", a-t-elle lancé. Les recherches ont nécessité la fermeture d'une portion de l'autoroute E314, à hauteur de Maasmechelen en direction de Genk, un axe qui borde le parc national.

Dernières nouvelles