Chasse à l'homme: Jürgen Conings reste introuvable

Jurgen Conings 46 ans est toujours activement recherché dans l’est de la Belgique par des policiers et des militaires

La petite amie de Jürgen Conings: «Si tu es encore en vie, ne fais pas de victimes»

Jürgen Conings, militaire proche de certains milieux d'extrême droite de 46 ans, est en cavale depuis mercredi après que sa voiture a été découverte avec à son bord quatre lance-roquettes ainsi que des munitions. Les règles d'accès aux armements pour les militaires devraient également être durcies.

Toutefois, le Premier ministre, Alexander De Croo, a précisé que l'homme était par ailleurs fiché par l'Ocam, l'organisme belge d'analyse de la menace terroriste, depuis trois mois.

Le parc national se situe près de la frontière avec les Pays-Bas, où la police néerlandaise se dit " en alerte " et où des unités spéciales se tiennent prêtes à intervenir, a rapporté pour sa part l'agence de presse Belga. "Jürgen Conings, l'exemple d'une menace sous-évaluée", titrait samedi en une le quotidien Le Soir.

Le parquet fédéral a confirmé que le domicile de Jürgen Conings avait été également perquisitionné, mais il n'a pas commenté davantage.

Ce militaire aguerri, déjà parti en mission notamment au Kosovo, en Irak et en Afghanistan selon les médias flamands, semble déterminé à s'en prendre à des représentants de l'État belge et à des personnalités, d'après des écrits retrouvés par les enquêteurs.

Jurgen Conings compte, lui, parmi la " trentaine " de membres de l'armée belge surveillés par les services du renseignement militaire pour leurs " sympathies " avec l'extrême droite, selon des sources officielles.

Il pourrait s'agir des environs du domicile du virologue Marc Van Ranst, une hypothèse avancée par la chaîne flamande VRT que le ministre a refusé de commenter.

Le Premier ministre a affirmé que cette information avait été transmise à la Défense avant d'appeler l'armée à "durcir absolument ses procédures et contrôles internes". En 2020 le militaire avait été sanctionné par sa hiérarchie en raison de son profil radicalisé et de menaces et propos racistes diffusés sur Facebook. Selon ses dires, une plainte a été déposée par l'état-major concernant ce fait, mais elle a été classée sans suite. Ce qui ne l'a cependant pas empêché d'avoir accès à des armes lourdes.

" Il n'y a pas de place à la Défense pour des extrémistes ou des fascistes", a-t-elle lancé.

Pour faciliter les recherches, le parc de la Haute-Campine a été interdit au public depuis mercredi, et une portion de l'autoroute E314 fermée à la circulation à hauteur de Maasmechelen en direction de Genk.

Dernières nouvelles