"Marquez a détruit notre sport" — Rossi

"Marquez a détruit notre sport" — Rossi

Alors que leur relation s'était apaisée depuis maintenant quelques temps après une brouille due à un accrochage en course il y a trois ans, Valentino Rossi et Marc Marquez sont à nouveau les meilleurs ennemis du monde. Cette fois, l'Italien n'est pas près de pardonner. "C'est un incident de course, s'est défendu l'Espagnol. Je l'ai attaqué à l'intérieur mais en passant sur une trace d'humidité, j'ai bloqué ma roue avant et j'ai dû relâcher les freins".

L'Espagnol rappelle par ailleurs que les conditions météo ont grandement contribué à brouiller les cartes, dimanche, notamment dans le cas du MotoGP puisque l'instabilité du ciel a directement conduit au retard du départ de la course et à une procédure étonnante. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Rossi en avait gros, après la course. "Mais depuis vendredi matin, il a fait ça avec Vinales, Dovizioso, moi le samedi matin, et il est rentré dans quatre pilotes en course". "Mais là, il l'a fait exprès, pas par erreur". Il le fait exprès, ça n'est pas une erreur, car il pointe la jambe entre la jambe et la moto car il sait qu'il ne chute pas, mais que vous vous chutez. Il espère qu'on va tomber. Il essaie toujours de vous faire peur, de vous faire chuter, c'est devenu dangereux. Après la course, il regrettait que son adversaire ne vienne même pas s'excuser. J'ai peur en piste quand je suis avec Marquez, car je sais qu'il va m'attaquer.

Le jeune Ibère a bien tenté d'aller s'excuser auprès de la "Légende" Rossi, sous les huées des spectateurs argentins.

"Il n'a pas les couilles de venir me voir". "Et j'espère qu'il n'essaiera pas", a asséné Rossi. Et si Marquez est clairement un ton au-dessus de ses rivaux ces dernières années, il est certain que sa façon de dépasser reste très contestable. Honnêtement, je m'en fiche. Je m'occupe de mon stand et je sais ce qui s'est passé. J'essaie juste d'attaquer toujours à 100%. Mais sur son chemin, le pilote de 25 ans a fait des dégâts.

Ces deux-là sont loin d'avoi enterré la hache de guerre.

Dernières nouvelles