La justice américaine aurait convoqué le prince Andrew — Affaire Epstein

Prince Andrew

La justice américaine aurait convoqué le prince Andrew — Affaire Epstein

Le procureur de Manhattan a accusé, lundi 8 juin, le prince Andrew de prétendre " faussement " vouloir coopérer avec les enquêteurs américains dans l'affaire Epstein, après que ses avocats eurent affirmé qu'il avait proposé " au moins trois fois " de témoigner dans ce vaste dossier d'agressions sexuelles sur mineures qui entache la monarchie britannique.

Dans les faits, le prince Andrew ne va pas avoir à se rendre aux États-Unis, mais pourrait se trouver contraint de comparaître devant un tribunal britannique au minimum comme témoin, grâce à une demande " d'assistance juridique mutuelle " déposée par les services de la justice américaine auprès du ministère de l'Intérieur britannique.

Le prince Andrew se montrait très réticent à l'idée de collaborer avec la justice américaine au sujet de l'affaire Epstein.

Ces échanges ne peuvent qu'alimenter les soupçons qui entourent le prince, dans cette affaire retentissante qui empoisonne la couronne britannique depuis 10 mois.

Le procureur général américain, William Barr, avait assuré que les complices d'Epstein " ne s'en sortiraient pas aussi facilement " et seraient traduits en justice.

" Le district sud de New York et le FBI ont contacté les avocats du prince Andrew et ont demandé à interviewer le prince Andrew, et à ce jour, le prince Andrew n'a fourni aucune coopération", a déclaré Berman aux journalistes le 27 janvier.

Le cauchemar du prince avait commencé en août avec la publication aux Etats-Unis de documents de justice.

Le prince Andrew britannique quitte l'église Sainte-Marie-la-Vierge à Hillington, près du domaine royal de Sandringham, à Norfolk, en Grande-Bretagne, le 19 janvier 2020. L'une de ses victimes a raconté avoir été forcée à trois reprises à avoir des relations sexuelles avec le prince, alors qu'elle avait 17 ans, des accusations qu'Andrew nie catégoriquement.

Dans un communiqué, les conseils du duc d'York se demandent à voix haute si les procureurs ne cherchent pas à se faire de la publicité aux dépens de leur client.

La publication d'une photo la montrant à cette époque, enlacée par le prince, a fragilisé ce démenti, ainsi qu'un autre cliché montrant le prince en train de se promener à New York avec le financier alors même que ce dernier avait été condamné et emprisonné pour pédophilie en 2008.

Lâché petit à petit par les entreprises et les associations avec lesquelles il travaillait, il a fini par annoncer en novembre 2019 son retrait de la vie publique et se fait désormais discret.

Celui qui passe pour être le fils préféré de la reine a déjà fait l'objet de gros titres peu flatteurs par le passé, pour son style de vie l'assimilant à un playboy et ses amours tumultueuses. De plus, il nie fermement tout "acte criminel" de sa part.

La reine, 94 ans, est actuellement confinée au palais de Windsor, en périphérie de Londres, avec son époux le prince Philippe, qui fête mercredi ses 99 ans.

Dernières nouvelles