Une fonctionnaire de police tuée à coups de couteau à Rambouillet (parquet)

French judicial police officers arrive at a police station in Rambouillet south-west of Paris

France: une fonctionnaire de police tuée à coups de couteau

Le Parquet national antiterroriste a annoncé se saisir "des faits commis ce jour à Rambouillet et ouvre une enquête de flagrance des chefs d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste", confiée conjointement à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé s'être saisi de l'enquête, alors que la France a été marquée ces dernières années par plusieurs attaques à l'arme blanche, notamment contre les forces de l'ordre. Selon une source judiciaire, trois personnes de l'entourage de l'assaillant sont actuellement en garde à vue dont l'une d'entre elles aurait accueilli l'assaillant à son arrivée en France en 2009. Blessé par balles au cours de l'interpellation, le meurtrier présumé est lui aussi décédé plus tard dans l'après-midi, selon une source policière consultée par l'AFP.

Le Premier ministre Jean Castex se rendra vendredi après-midi au commissariat de Rambouillet (Yvelines), où une fonctionnaire de police a été tuée en début d'après-midi lors d'une attaque au couteau, a indiqué Matignon.

Plusieurs éléments ont mené à une saisine du Pnat: "des éléments de repérage", la qualité de la victime - une fonctionnaire de police prise pour cible -, ainsi que les "propos tenus par l'auteur lors de la réalisation des faits", a expliqué le procureur antiterroriste Jean-François Ricard lors d'un point presse. Elle est décédée sur place, malgré l'intervention des pompiers. L'assaillant a été neutralisé par les tirs d'un policier sur place.

D'après les premiers éléments de l'enquête, la fonctionnaire administrative a été touchée à la gorge.

France: une fonctionnaire de police tuée à coups de couteau
Un Tunisien abattu après avoir égorgé une fonctionnaire de police

Selon une source proche de l'enquête, ce chauffeur-livreur de profession vivait depuis quelques années dans une maison excentrée de Rambouillet.

"La République vient de perdre l'une de ses héroïnes du quotidien, dans un geste barbare et d'une infinie lâcheté", a affirmé le Premier ministre. "Du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien ", a-t-il laissé lire dans sa publication sur Facebook. Il s'agit d'un ressortissant tunisien de 36 ans, inconnu des services de police et des renseignements territoriaux, et en situation régulière.

Jamel G., originaire de Tunisie, était arrivé en France en 2009. L'homme avait résidé auparavant à Thiais, dans le Val-de-Marne. La victime se prénommait Stéphanie, elle travaillait à Rambouillet (Yvelines) depuis 28 ans et était mère de deux filles, âgées de 18 et 13 ans.

Un cordon de sécurité empêchait badauds et journalistes de s'approcher du commissariat, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le 3 octobre 2019, dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris, un employé avait tué à coups de couteau trois policiers et un agent administratif, avant d'être abattu.

Dernières nouvelles