Rémy Daillet : le complotiste français et sa famille expulsés de Malaisie

Enlèvement de la petite Mia : le complotiste Rémy Daillet et sa famille expulsés de Malaisie

Saint-Lô. Le complotiste Rémi Daillet et sa famille expulsés de Malaisie

Rémy Daillet, figure d'un mouvement complotiste et soupçonné d'avoir contribué à l'enlèvement de la petite Mia en France mi-avril, ainsi que sa famille, ont été expulsés de Malaisie dimanche matin, ont indiqué plusieurs sources concordantes à l'AFP.

Rémy Daillet, 54 ans, avait entamé une grève de la faim pour protester contre son arrestation tandis que sa compagne enceinte craignait des complications, voire de perdre son enfant si elle prenait l'avion, selon leur avocat et des proches. Depuis, sa compagne Léonie Bardet, enceinte, et ses trois enfants de 17, 9 et 2 ans croupissent dans le centre de Belantik géré par les autorités de l'immigration, au Nord-Ouest de la Malaisie.

"Ils ont pris un vol commercial vers l'aéroport de Changi à Singapour avec une escorte de sécurité renforcée", a déclaré une autre source à l'AFP.

Finalement, c'est bien toute la famille qui a été déporté dimanche matin par les services de l'immigration malaisiens pour être remise aux autorités françaises à l'aéroport de Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie, selon une source qui a précisé qu'ils apparaissaient tous en "bonne santé". Ils sont attendus en France lundi matin. L'ex-militaire interpellé mardi dans les Hautes-Pyrénées a été mis en examen vendredi 11 juin dans la soirée pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des enlèvements d'enfants" et pour "non dénonciation de crime", annonce le procureur de la République de Nancy, François Pérain.

Bientôt deux mois après que la petite Mia et sa mère, Lola Montemaggi, ont été retrouvées dans un squat de Sainte-Croix, en Suisse, l'affaire de l'enlèvement n'en finit plus de rebondir. Il est soupçonné d'avoir monté à distance une opération pour enlever la petite Mia et la rendre à sa mère, qui avait interdiction de voir sa fille par la justice française. Il y a plusieurs semaines, il avait publié une vidéo où il réfutait le terme d'enlèvement concernant Mia, parlant plutôt d'"opération de sauvetage d'enfants ".

Dans d'autres vidéos plus anciennes il défendait l'idée d'un coup d'État populaire et se disait opposé aux impôts, aux vaccins, aux masques ou à la 5G.

Dans le cadre de l'affaire Mia, neuf personnes au total, dont la mère de la fillette, proches de la mouvance anti-système et complotiste, ont déjà été inculpées et placées en détention provisoire.

Christophe M., un lieutenant-colonel de l'armée de terre à la retraite, a reconnu avoir adhéré fin 2020 à l'organisation dirigée par Rémy Daillet.

Dernières nouvelles